La bannière web est un média de plus en plus décrié, et pour cause ! Selon certaines études, vous auriez plus de chance de grimper sur le Mont Everest que d’en cliquer une volontairement.

Ceci dit, nuançons un peu : les bannières où l’on ne clique pas — voire, que l’on ignore — sont souvent celles qui manquent d’imagination et d’interaction. En contre-exemple de ce constat, nous pouvons citer le travail du site voyages-sncf.com, que nous avons vu la semaine dernière. Et dans ce domaine, l’effort du British Council n’est pas en reste !

know your english british council grey banner - we need cafeine-2
Rien ne parait anormal, et pourtant, regardez bien !

« Know Your English » : bien plus qu’une simple bannière !

Avec l’agence Grey Singapour, la marque a fait la promotion de ses cours d’anglais avec un dispositif ô — résistance ! — combien utile : un dictionnaire en temps réel intégré pour aider les lecteurs à améliorer leur connaissance de la langue anglaise. Notez que la campagne a été lancée en Malaysie, à Singapour, Shanghai et Bangkok, en France, c’est un traducteur qui aurait été utile !

Mais revenons à l’essentiel. Pour que l’encart s’active, il suffit de sélectionner n’importe quel mot dans la page pour que s’en affiche la définition et une option de prononciation dans la bannière : une vraie prouesse technique. En cliquant dessus, l’utilisateur arrive sur le site du British Council, où il peut bénéficier d’une série de cours avancés.

know your english british council grey banner - we need cafeine-3

know your english british council grey banner - we need cafeine-1

Pour vous donner un ordre d’idée, les bannières « Know Your English » ont eu un taux d’interaction de 52%, soit 272 fois plus élevé qu’un encart standard ! On vous l’avait dit !

Un succès qui est dû à une chose : un ciblage intelligent. Les bannières « Know Your English » ont su anticiper les besoins de leur audience en se basant sur un comportement existant : les utilisateurs sélectionnent les mots pour les copier/coller dans Google Translate ou un dictionnaire en ligne. En activant la bannière à ce moment précis, la marque attire l’attention de l’utilisateur et l’aide à résoudre son problème. Elle s’assure ainsi la captation de son attention pour toutes les recherches suivantes !

La conclusion s’impose d’elle-même : la bannière web n’est pas morte, il faut seulement savoir l’utiliser différemment ! Et comme disait un certain Einstein :

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ».