#EndAcidSale : stop au vitriolage des femmes indiennes

2556

L’association MakeLoveNotScars — faites l’amour, pas des cicatrices —, épaulée par l’agence Ogilvy & Mather, a créé #EndAcidSale pour dénoncer la vente libre d’acide en Inde et l’infâme pratique du vitriolage, méthode de vengeance des conjoints jaloux ou trahis. Trois vidéos, sous forme de tutoriels maquillage, ont été réalisées.

#EndAcidSale ogilvy mather MakeLoveNotScars 1 - wnc

Des « tutos » pas comme les autres

Reprenant les codes des tutoriels « beauté » classiques, on y retrouve une musique joyeuse, un décor soigné, des conseils pratiques… tout paraît normal. À l’exception du visage de la blogueuse, Reshma, une jeune indienne de 18 ans, attaquée à l’acide en 2014.

Après une série de conseils, elle nous livre une dernière information qui fait froid dans le dos : « Finalement, le conseil le plus important. Vous pouvez acheter du rouge à lèvres aussi facilement que de l’acide concentré. C’est la raison pour laquelle chaque jour une femme est victime d’une attaque à l’acide. »

Courageuse et déterminée, elle est désormais la figure de proue de cette campagne de mobilisation.

Informer et mobiliser

Dans une lettre adressée au Premier Ministre Indien — visible sur le site de l’association — on apprend que son histoire est malheureusement fréquente.

Selon la BBC, 1000 agressions à l’acide sont commises chaque année en Inde dont 90% des victimes sont des femmes.

À la fin de chaque tutoriel, Reshma appelle à signer une pétition en ligne — près de 90 000 signatures ont déjà été recueillies. L’objectif étant de réguler la vente d’acide pour en finir avec cette pratique inhumaine et insupportable.

Les deux autres vidéos :

La campagne #EndAcidSale interpelle en reprenant la mode des « tutos ». Puissante et saisissante, elle révèle au grand jour les dégâts irréversibles de ces ignominies et invite l’internaute à ne pas rester indifférent à ces horreurs.

Point.

Questionnaire We Need Cafeine