Vous avez pu les croiser dans les couloirs de Sup de Pub, dans des festivals ou sur les réseaux sociaux, Jean-Charles Faverot Quilichini et Thomas Mercier sont les Venants et ils veulent retourner le milieu publicitaire.

Après avoir croisé leurs campagnes factices et virales sur la toile, nous avons rencontré les deux sudistes aux Chatons d’Or 2016 où ils venaient de remporter un prix pour leur affiches LEGO. Aujourd’hui, la team « très junior voire un peu trop » revient sur le devant de la scène parisienne et ils répondent à quelques questions pour We Need Caféine.

Rencontre.

Depuis quelques mois on parle beaucoup de vous et de vos campagnes mais on ne sait pas vraiment qui sont Les Venants. Pouvez-vous vous présenter ?

Thomas Mercier : Les Venants c’est l’histoire d’un Corse et d’un Aixois qui quittent amis et familles pour plonger dans le monde de la pub. Jusqu’à maintenant, tout s’est fait un peu par hasard et par chance. On s’est rencontrés en première année en MANAA à Aix-en-Provence, Jean-Charles était en graphisme et moi en archi : au départ, on pensait pas vraiment faire de la pub !

Jean-Charles Faverot Quilichini : À ce moment là, il y avait une team à Paris : Les Revenants, le « team créatif très senior voire un peu trop ». C’était Julien Rotterman et Jeff Clément et ils cherchaient des jeunes talents pour bosser avec eux. Du coup, pour les interpeller, on a créé Les Venants, le « team créatif très Junior voire un peu trop ». C’était il y a 3 ans et c’était notre premier coup de com’.

interview-les-venants-marcel-we-need-cafeine-02
© Audray Saulem

Thomas : Après ça, on était hyper motivés à monter sur Paris pour faire de la pub. D’ailleurs on y allait régulièrement. On s’incrustait dans des soirées : Club des DA, Chatons d’Or… On s’achetait des kilos de bouquins d’archives sur Leboncoin… Tout ce qui touchait à la pub nous intéressait beaucoup.

Jean-Charles : Dès qu’on a fini nos trois années à Aix, on a loué un van et on est montés à Paris. Là on est entrés à Sup de Pub, on a fait quelques opérations virales et on en est là.

interview-les-venants-campagne-we-need-cafeine-5

Est-ce que vous aviez un ou des mentor(s) durant tout ce temps ?

Thomas : Les campagnes de Buzzman. Au début, c’est clairement Georges-Mohammed Chérif qui nous a donné envie de faire de la pub. Ensuite il y a eu Olivier Altmann, Anne de Maupeou, Nicolas Bordas, Bruno Benchetrit… Pour le moment, on a eu la chance de faire notre stage chez Marcel et de rencontrer Olivier Altmann. On aimerait beaucoup rencontrer Georges.

Jean-Charles : En fait, à l’époque, on avait créé un faux profil Facebook sur lequel on ajoutait tout le milieu publicitaire. C’est comme ça qu’on a tout connu, qu’on avait les news du milieu…

En arrivant chez vous j’ai été surpris par le nombre de jeux : mini-golf, billard, baby-foot… Quelque chose à dire là-dessus ?

Jean-Charles : Tu as oublié le ping-pong et les fléchettes.

Thomas : Ça fait un peu garçonnière dit comme ça, mais oui, on aime bien les jeux… On part du principe que quand on était gosse, on rêvait d’avoir un portefeuille d’adulte pour pouvoir tout acheter. Maintenant qu’on l’a, on ne se prive pas !

interview-les-venants-marcel-we-need-cafeine-01
© Audray Saulem

Quelles sont vos inspirations ?

Thomas : On aime les mêmes choses mais on a pas la même culture. On touche un peu à tout : musique, photo… On a aussi une passion pour les trucs ringards. Là par exemple, c’est notre grande période disco Italienne.

Quel est le plus gros risque que vous ayez pris depuis votre arrivée à Paris ?

Jean-Charles : Se pointer chez Marcel avec le bouc. On a eu l’accord de l’agence deux heures avant, et on était déjà en route… Personne était au courant à part Pascal Nessim qui a accepté alors qu’il n’était même pas à l’agence… Coup de bol !

Vous avez 21 et 23 ans. Vous êtes encore jeunes. Quels conseils vous donneriez à vos pairs ?

Jean-Charles : Porter ses couilles.

Thomas : Il faut pas avoir peur de faire des trucs stupides, quitte à se vautrer lamentablement. Il faut apprendre à se planter en beauté ! D’ailleurs j’ai un livre à te conseiller qui parle de ça : « Parfaites Imperfections », du génial Erik Kessels. Je l’ai acheté au Publicis Drugstore mais je suis sur qu’on peut le trouver n’importe où.

Vous étiez chez Marcel. Après ces vacances bien méritées, vous en êtes où ?

Thomas : On est encore étudiants, à Sup de Pub et on fait du free-lance à côté. Beaucoup de gens sont venus vers nous nous proposer du travail. On a de la chance !

interview-les-venants-campagne-we-need-cafeine-3

Quelle est votre objectif en terme d’agence ?

Thomas : On a encore un stage de 6 mois à trouver… On vise BETC, Altmann + Pacreau ou Buzzman. Sinon après ça, on a pas mal d’opportunités en freelance et on aimerait bien partir quelques mois à l’étranger… On verra au moment venu.

Le mot de la fin ?

Thomas : Quiconque a lu cet interview est invité à faire une partie de Golf à la maison.

interview-les-venants-campagne-we-need-cafeine-4

On ne pouvait pas terminer cette interview sans une nouvelle fois remercier chaleureusement Les Venants avec qui nous avons collaboré pour cette première campagne We Need Caféine !

Questionnaire We Need Cafeine