Suite à une longue carrière d’acteur, Sandro Giordano plaque tout pour se lancer dans la photographie. Osé. Lancé en 2013 sur Instagram, son projet « In Extremis – Bodies with no regret » rassemble une série de photos à la fois drôles, décalées et pleines de sens.

Sandro-Giordano-bodies-we need cafeine-6 Sandro-Giordano-bodies-we need cafeine-5

Des « face plant » dans les règles de l’art

À première vue, ces photos donnent le sourire. Avouons-le, nous avons tous déjà rigolé en voyant quelqu’un se casser la figure, non ?

Elles dégagent un certain dynamisme de par les couleurs éclatantes et les positions improbables des personnages — on plaint les modèles photos ! Pour chaque nouveau cliché, l’artiste redouble d’imagination pour créer des mises en scènes toujours plus folles. Mais derrière ces photos amusantes et colorées se cache une véritable réflexion.

Sandro-Giordano-bodies-we need cafeine-3 Sandro-Giordano-bodies-we need cafeine-9

Une société qui se « casse la gueule »

Le photographe Sandro Giordano porte un regard critique sur notre mode de vie. À travers son travail, il souhaite interpeller sur la tyrannie de l’apparence et le consumérisme qui règnent aujourd’hui. Les personnages semblent alors s’écrouler sous le poids de ces maux des temps modernes.

Regardez bien, dans leur chute, chaque « victime » préfère sauver un objet avec sa main au lieu de se protéger. On remarque aussi la multitude de produits en tout genre éparpillés sur les photos. De plus en plus, l’aspect matériel prend le dessus sur l’humain ! Avec une touche d’humour et d’ironie, le photographe ne caricature qu’à moitié notre société actuelle.

« Mes photos sont de courtes histoires sur un monde en chute libre. »  (S. Giordano)

Sandro-Giordano-bodies-we need cafeine-4 Sandro-Giordano-bodies-we need cafeine-2 Sandro-Giordano-bodies-we need cafeine-1

Hyper connectés, soucieux de notre image et avides de nouveautés, ce projet nous rappelle que l’on oublie parfois les choses essentielles de la vie ! Mais pas de panique, comme l’a dit notre ami Confucius : « La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute ».