Le Signe a ouvert ses portes à Chaumont

1326

Le mois dernier, We Need Caféine était invité pour l’inauguration du futur temple du graphisme contemporain : Le Signe, à Chaumont. La ville, connue du milieu pour son festival dédié à l’affiche sous toutes ses formes, accueille depuis le 8 octobre 2016 le Centre National de Graphisme.

« Il est composé de grands plans posés sur la ville. Il est une abstraction silencieuse prête à recevoir toutes les images », explique l’architecte parisien Alain Moatti de l’agence Moatti-Rivière.

le signe chaumont vincent-perrotet-we-need-cafeine-06

le-signe-chaumont-vincent-perrotet-we-need-cafeine-01

L’architecte s’est appuyé sur l’ancienne Banque de France pour y ajouter l’extension que vous pouvez voir. De grands plans se dressent et s’entrecroisent comme des pages, des écrans, tout droit venus du monde du graphisme. D’ailleurs lors de l’inauguration et périodiquement plus tard, ils sont censés recevoir des affiches directement collées dessus.

le signe chaumont vincent perrotet we need cafeine 03

Une fois à l’intérieur, la transition s’effectue en douceur. On passe naturellement de l’ancien bâtiment du XIXe siècle au nouvel espace d’exposition, très contemporain. Le long du couloir qui nous y mène sont reparties de longues tables de découvertes. Le Signe accueille aussi des salles de formation et un atelier d’impression, notamment pour pratiquer la sérigraphie. L’ensemble est ouvert avec de grandes vitres : la transmission du savoir débute quand on regarde les autres faire.

Nous arrivons ensuite sur le plateau principal, tout de béton vêtu. Les 600m2 sont exclusivement dédiés à l’affiche. Il y a aussi 400m2 à l’étage. On retrouve ces immenses feuilles de béton gris que l’on voyait de l’extérieur. Ici elles sont habillées de visuels, classés par « thématiques » diverses et variées comme « la condition féminine », « l’écologie » ou encore « rouge ». Un dialogue se crée sur les murs.

le signe chaumont vincent perrotet we need cafeine 04

Pour cette première exposition, « La Collection », Vincent Perrotet — graphiste émérite — avait choisi 276 images. Elles mettent à l’honneur des pionniers du graphisme français comme Pierre Bernard du groupe Grapus ou Apeloig, mais pas seulement ! Étaient présents un certains nombres de jeunes créateurs internationaux comme le Néerlandais Richard Niessen.

le signe chaumont vincent perrotet we need cafeine 05
Nous avons pu participer à un atelier de tampographie organisé par Le Signe Chaumont

Le lieu est beau. Les expositions sont belles. Mais le budget pour faire fonctionner le lieu ne semble pas être au rendrez-vous nous explique Vincent Perrotet :

« Il faudrait 3 millions d’euros par an pour que cela fonctionne bien. Le Centre est là, bien solide. On a peiné pendant dix ans pour l’ouvrir, Pierre Bernard est mort avant de l’avoir vu. Il faut que l’État s’engage. Le Ministère de la Culture n’a jamais porté ce projet et ne consacre que 500.000 euros par an pour tout le design graphique en France. On demande 850.000 euros par an, c’est infime par rapport au budget de la culture qui est de 7,3 milliards d’euros. Pourquoi cette discipline culturelle est si peu soutenue en France ? »

Dans tous les cas : étudiants, professionnels ou passionnés de l’affiche, rendez vous à Chaumont sans plus tarder ! À quelques heures de Paris se trouve un fond inégalé de beaux visuels et de connaissances à transmettre !

Questionnaire We Need Cafeine