En tant que référence parmi les plateformes d’e-mailing, MailChimp est connue pour sa simplicité d’utilisation et ses possibilités de personnalisation. En 2016, MailChimp c’est aussi plus de 246 milliards d’e-mails envoyés par ses clients — selon leur dernier rapport. Autant dire que l’entreprise américaine pèse dans l’Internet Game. Au passage, nous l’utilisons pour la newsletter de We Need Caféine !

Mais pourquoi parler de cette plateforme ? 

Mi-janvier, MailChimp a lancé sa première campagne d’envergure intitulée « Did You Mean… ? » imaginée par Droga5, une agence indépendante multi-primée et bouillonnante de créativité. Et pour le coup, l’agence n’en a pas manquée… Bien au contraire.

L’ensemble de la campagne s’articule autour d’une série de 3 films OVNI publicitaires : MailShrimp, KaleLimp et JailBlimp. Le tout a été pensé comme une sortie de véritables films au cinéma avec la création d’affiches et de mini-sites dédiés. Dirigée par le duo anglais The Sacred Egg, la trilogie de film est à la fois étrange, absurde et géniale. C’est du grand art à l’esthétique remarquable !

MailShrimp

Commençons par le film le moins WTF. La scène se déroule dans un centre de tri postal — clin d’œil à l’activité de MailChimp — où un jeune employé dévore du regard son sandwich aux crevettes, et ce, pour une bonne raison : un des petits crustacés s’avère être un chanteur hors pair à la voix suave et entraînante. Regardez plutôt.

Voir le mini-site.

KaleLimp

Autre histoire insensée, ce film commence au bord d’une piscine avec des chiens en feuilles de chou kale. Dans un restaurant attenant, un couple dîne en amoureux. On vous laisse deviner le plat servi… #teasing

Voir le mini-site.

JailBlimp

Enfin, ce dernier film présente la plus grande évasion de tout les temps. À l’origine, une petite fille armée d’un bâton tapant dans une piñata Zeppelin pour son anniversaire. N’allez surtout pas essayer de trouver la moindre logique.

Voir le mini-site.

Pourquoi avoir joué sur la prononciation de MailChimp ?

La réponse à cette question s’avère plus simple qu’il n’y paraît. Retour en 2014, la marque sponsorisait alors Serial — une série de podcasts policiers assez populaire outre-Atlantique. La publicité consistait en une annonce audio de 20 secondes diffusée au début de chaque épisode.

À 5 secondes, on peut entendre une jeune fille prononcer « MailKimp » au lieu de « MailChimp ». Il n’en faut pas plus pour Internet : un mème était né. Le sujet a fait le tour des médias sociaux aux États-Unis entraînant la sympathie des internautes et un pic de notoriété pour MailChimp.

Dans cette nouvelle campagne, Droga5 a donc souhaité capitaliser sur ce moment fort dans l’histoire de la marque tout en s’amusant du fait que les gens rencontrent souvent des difficultés à prononcer son nom.

Si cela a marché une fois, pourquoi pas deux ?

Alors oui, l’image véhiculée de MailChimp se veut cool et funky. Oui, la trilogie de film est une vraie réussite visuelle. C’est indéniable. Mais après son lancement il y a un mois, la campagne ne semble pas avoir créé un engouement conséquent. Les 3 films comptabilisent seulement 170.000 vues cumulées sur YouTube. De plus, en ne faisant aucune mention de la marque ni du service proposé — la stratégie était osée — la campagne semble trop compliquée à comprendre pour les non initiés à MailChimp.

Cependant, on peut espérer que la créativité de chaque film suffira à piquer la curiosité du spectateur et l’incitera à aller chercher plus d’informations sur l’annonceur… Notons également que la campagne « Did You Mean… ? » s’inscrit dans une prise de parole plus globale qui devrait se développer dans les prochaines semaines. Stay tuned.

Bonus time !

Toujours en jouant sur la prononciation de la marque, six autres mini-sites décalés ont été développés :