Il y a quelques temps j’ai rencontré Damien Fouï et Fabienne Fiorucci, directeurs de création de l’agence Dare.Win. Je leur ai parlé du concept du Signal Faible. Ils ont tout de suite accroché. Avec respectivement 28 et 30 ans, ils sont aujourd’hui les plus jeunes directeurs de création de France.

C’est donc tout naturellement qu’ils nous parlent, sur We Need Caféine, de leur vision du management au sein de leur agence.

Le management, nouvelle génération.

L’âge ne fait pas le manager, mais il l’inscrit peut-être dans une nouvelle génération de management : une génération consciente qu’elle a encore à apprendre, et qui apprend encore plus des personnes qu’elle forme. Une génération responsable qui est dans l’échange plus que dans l’ordre donné. Une génération respectueuse, ce qui facilite et encourage les rapports avec les talents plus âgés. Une génération finalement optimiste qui a compris que « tout vient à point à qui sait apprendre » et ainsi permet à chacun de trouver la place qui lui correspond.

Recruter des diamants bruts

Le recrutement, c’est la clé. Ça parait évident mais c’est là que tout commence. Le plus important dans cette phase, c’est le comportement. On se dit souvent « hire for attitude, train for skills ». Si l’on sent du potentiel chez quelqu’un qui a la motivation, l’envie et la passion, on peut avancer ensemble et le faire progresser. On se dit parfois qu’on est à la recherche de diamants bruts. Ensuite, bien évidemment, les compétences et l’expertise doivent donner une bonne indication sur les capacités à venir.

Cependant, c’est symptomatique de cette nouvelle génération de directeurs de création, ce n’est pas forcément le parcours, les agences fréquentées, ni même le dossier qui priment. Qu’une personne soit diplômée d’une école renommée, ait travaillé dans une « grande » agence ou ait été dans un tout autre secteur, n’importent guère sur le moment. Ce n’est pas ce qu’ils ont fait hier qui prime, mais ce qu’ils feront demain. Il faut également valoriser les parcours « atypiques ». Cela apporte une vraie diversité dans les équipes, des façons différentes de penser et d’aborder une problématique. On aura donc différentes solutions à une même question.

Enfin, il faut toujours essayer de recruter meilleur que soi. C’est assez plaisant d’apprendre des choses en entretien avec une personne calée sur un secteur ou une technologie, qui nous étaient alors inconnus.

Dire « non » au management par la peur

On entend souvent des histoires sur le « monde de requins » qu’est la publicité. Une impression qui commencerait dès l’entrée dans le métier, avec ses phases d’humiliation, de déception et de frustration. Il y a à peine 10 ans, nous étions aussi en formation. Nous avons vu passer des témoignages allant dans ce sens. Il faut casser ce schéma, et réinventer un nouveau modèle de management positif.

Nous avons la conviction que pour avoir le meilleur de quelqu’un, il faut qu’il évolue dans un environnement positif et qu’il soit en confiance. Rabaisser des dizaines d’employés pour finalement garder la solution d’un seul n’est pas une manière d’obtenir le meilleur d’une équipe sur le long terme.

Voilà pourquoi il est préférable de parler de « terrain vertueux » où le respect serait la règle d’or. Cela commence par le respect des horaires. Côté client, la deadline est l’objectif à atteindre à chaque fois. Alors que nous encourageons à prendre des risques et à oser, c’est le seul cadre que nous imposons. Ensuite, si l’on impose le respect du 9h30 le matin, nous essayons aussi de tenir les horaires le soir. Une bonne organisation et une culture de l’efficacité permettent d’éviter les charrettes si propres à ce métier. Bien sûr, les exceptions existent, mais elles doivent vraiment rester au niveau de l’exception. Nous croyons que c’est ce que nos talents font à l’extérieur (sorties, concerts, cinéma, repos…) qui les rendent meilleurs à l’intérieur. Ils sont mieux dans leur peau, plus ouverts et curieux. Il faut valoriser les temps de repos.

Enfin, le #TeamSpirit est la plus grande force. Il y a de nombreuses manières de stimuler les équipes. La compétition entre les teams ne devrait pas en faire partie. Pourtant nous croyons en l’énergie positive qui se dégage des pitchs. Il est donc important d’expliquer à ses équipes qu’on ne se bat pas les uns contre les autres, mais ensemble pour faire avancer l’agence. Si l’agence gagne, tout le monde y gagne.

Quel management pour les jeunes directeurs de creation darewin damien foui

La responsabilité est clé

Un autre point important dans notre vision management est la responsabilisation des équipes. Nous préconisons d’impliquer ses talents, et ce, quelque soit leur niveau. C’est pour cela que nous appelons des « stagiaires » des « juniors » par exemple. En effet, personne ne devrait se cantonner à un stage d’exécutant. Chacun ayant l’envie et la motivation peut aller aussi loin qu’il le désire. Il est préférable d’avoir des idées qui émanent de n’importe quelle team : qu’elles viennent d’arriver ou qu’elles soient en place depuis un moment. C’est pourquoi nous valorisons le fait de commettre des erreurs. Il faut laisser faire pour apprendre. Il faut ensuite être présent sur le débrief pour expliquer, accompagner, afin qu’elles ne se reproduisent pas.

Avec des talents responsables à tous les niveaux, on peut mettre en place un management horizontal qui encourage les échanges. Cela correspond à plus de fluidité entre les équipes et plus de partage. On ne doit pas attendre que les responsables de pôles se rencontrent pour résoudre les problèmes. À tout moment, n’importe quel talent peut être proactif, proposer des solutions ou des discussions informelles pour faire avancer les choses.

Aussi, de grandes responsabilités impliquent des moments de doute ou de stress. Il faut alors être présent à chaque grande étape du processus créatif, et rester accessible si des questions restent en suspens. Une fois l’effort terminé, il faut savoir le récompenser : un « merci », « bravo », une petite attention, une sortie, un voyage inter-agence… Il y a des milliers de façons de récompenser, et pas seulement pour les grands succès. C’est l’accumulation de petites victoires qui mènent à de plus grandes.

Casser la routine créative

Tout le monde peut avoir des idées : des ressources humaines aux commerciaux, en passant par le « mojOfficer » ou le directeur financier. C’est pour ça que nous encourageons au quotidien le partage des connaissances. Nous ouvrons régulièrement les sujets aux autres pôles de l’agence lors de « Big Brainsto » où chacun peut s’exprimer créativement. Ces rendez-vous permettent, encore une fois, le renforcement de la cohésion d’équipe.

Tout le monde peut avoir des idées, oui. Mais le métier de créatif est d’en avoir tous les jours, et de savoir les renouveler. Il est donc essentiel de stimuler la créativité au quotidien, en variant les briefs et en encourageant les sorties culturelles. Dans ce sens nous organisons régulièrement des hackathons sur les sujets en cours. Il s’agit de mettre tous les créatifs autour d’une table pendant 2 à 3 heures. Par petits groupes ils réfléchissent à des solutions qu’ils mettent rapidement en forme avec des croquis. À l’issue de la session, nous débattons ensemble des meilleures solutions.

Créer de bonnes synergies est aussi un moyen de renouveler l’espace créatif. C’est à dire tester des modèles de collaboration : un « motion designer » associé à un « social creative » par exemple. Demain ce sera un « creative technologist » avec un graphiste ou un planneur stratégique avec un directeur artistique. Les combinaisons sont infinies, et les explorer permet aussi de casser la routine, tout en étant à la recherche de la bonne formule de fabrication.

Cette nouvelle génération de management est accessible à tous. Elle ne concerne pas un âge, mais une époque. Une époque dans laquelle chaque manager connaît le poids de ses responsabilités dans un secteur mouvant, où l’agilité et la stabilité sont les maîtres mots. Elle concerne tous ceux qui ont envie d’aller plus loin, plutôt que d’aller plus vite. Mais aussi ceux qui ont envie d’encourager un espace professionnel positif, où confiance et efficacité vont de pair.

Enfin, rappelons-nous toujours de nous amuser. On ne sauve pas des vies, ce n’est que de l’entertainment.

Une tribune de Fabienne Fiorucci et Damien Fouï de Dare.Win pour We Need Caféine.