Malgré les dernières polémiques sur les réseaux sociaux, ces derniers restent la source principale d’information des jeunes d’aujourd’hui. Selon une étude du Pew Research Center, 61% des « millenials » utiliseraient Facebook comme source d’actualité principale. Pourtant, nous savons qu’avec les algorithmes, nos fils respectifs nous confortent dans nos propres opinions. Nous changeons rarement de point de vue.

« Les gens n’écoutent que ceux qui pensent comme eux » disait Barack Obama.

C’est ce constat qui a inspiré Vice Denmark pour créer la campagne LikeWhatYouHate avec les agences Koalition et Virtue Worldwide (l’agence créative intégrée de Vice). La campagne vise à rendre nos flux Facebook plus équilibrés. Le site nous propose des sources d’informations à l’opposé de ce que nous avons l’habitude de lire ou regarder.

Vice en guerre contre l’uniformisation des choix

Facebook, Netflix, Spotify et consœurs prônent l’ultra-personnalisation. Ce principe permet aux acteurs du monde digital et social de maximiser les interactions. En échange, nous sommes captifs des contenus qui nous sont proposés, piégés dans un « non choix » par nos propres décisions.

Vice Denmark a donc développé LikeWhatYouHate, un outil en ligne qui analyse les pages et les posts que vous avez aimé. Ensuite, il vous proposera des pages, des groupes ou des publications à l’opposé de vos goûts : des contenus que vous seriez susceptibles de haïr. Vous serez ensuite invité à les « liker ». Dans la logique algorithmique, cela rééquilibrera votre fil d’actualité naturellement en laissant place à de nouveaux contenus, de nouvelles opinions et donc de nouvelles perspectives de réflexion, théoriquement plus objectives.

LikeWhatYouHate : une expérience qui nous plonge dans l’ADN de Vice

« Nous avons créé cet outil pour rappeler à tous qu’il existe un monde au-delà de nos petites bulles de filtres sociaux. Cette campagne cherche à montrer combien il est facile d’élargir nos perspectives et respecter le point de vue et les opinions des autres », a déclaré Frederik Andersen, le directeur général de Vice Media Scandinavia. « J’espère que LikeWhatYouHate développera cet état d’esprit et suscitera un débat sur les murs numériques qui nous entourent ».

Contre-culture, sexe, drogue… Telle est l’ADN de Vice Magazine. Avec LikeWhatYouHate, la marque nous propose de simplement sortir des sentiers battus, et à raviver la flamme de notre curiosité naturelle.

Reste à savoir si vous avez vraiment envie de vous abonnez à un groupe extrémiste au nom de l’objectivité de votre feed.