EC/ House : une réhabilitation radicale

954

L’agence portugaise SAMI-Arquitectos signe avec audace le projet EC/ House, une habitation située sur l’île de Pico -tirant son nom du volcan qui la surplombe-, dans l’archipel des Açores.

Comment mettre en valeur une trace du patrimoine tout en la rendant viable face aux attentes contemporaines ?

Une réhabilitation radicale

C’est autour d’une véritable ruine en pierre volcanique que s’est formé le projet. Pour implanter la maison -de vacances-, les propriétaires auraient pu supprimer ce qu’il restait de construction afin de partir d’un terrain lisse, mais ont souhaité conserver la mémoire du lieu et la faire revivre.EC HOUSE-3Un défi architectural

L’agence s’est efforcée de voir la ruine comme un cadre, une trame à partir de laquelle dessiner des espaces et des volumes. Le terrain offrant un fort dénivelé, l’image d’une multitude de quais est apparue, comme autant de points d’observation et de contemplation. Ainsi, le bâtiment semble se fondre dans son environnement en prolongeant ses courbes en plateaux utiles.

EC HOUSE SAMI-1Une peau de pierre

La maison, prise en étau par les anciens murs de pierre, offre de grandes ouvertures pour capter la lumière et offrir des points de vue sur le paysage atypique de la région. Certaines des ouvertures sont alignées sur celles de la ruine, accentuant l’effet d’intégration du nouveau bâtiment en béton dans la ruine en pierre.SAMI-20 EC HOUSE-4 EC HOUSE-6A l’intérieur, de beaux volumes minimalistes et blancs, ponctués de chaleur par l’utilisation d’éléments en bois naturel et de mobilier gris faisant écho à l’enveloppe extérieure. Le contraste est saisissant tant la maison semble contenir des espaces aux dimensions insoupçonnées.EC HOUSE-2 EC HOUSE-1

Cet assemblage est mené avec brio, en alliant fonctionnalité, confort et respect du patrimoine. Les architectes démontrent ici qu’on peut faire renaître une ruine sans vie, pourtant chargée d’histoire et l’adapter à une demande actuelle sans pour autant la dénaturer.

Crédits photos : Paulo Catrica

Questionnaire We Need Cafeine