La forêt est un lieu aussi mystérieux que fascinant, d’où s’échappent, si l’on prête l’oreille, les bruits de la diversité animale et végétale.

Le 18 Septembre 2015, l’installation de trois mégaphones géants en bois a été mise en place par une équipe d’étudiants en design d’espace de l’Académie des Arts d’Estonie. L’objectif ? Créer une installation acoustique capable de capter les milliers de sons produits par le bruissement des feuilles, l’eau qui ruisselle, les animaux, etc… afin de les amplifier en un lieu précis et de les rendre accessible à tous.

MEGAPHONE-4

D’après Hannes Praks, qui mène le département d’architecture d’intérieur de l’école ainsi que ce projet, ces mégaphones de trois mètres de diamètre sont disposés de manière à faire converger les sons vers une zone d’où l’on ressent pleinement les vibrations et la musique de la nature environnante.

MEGAPHONE-8

MEGAPHONE-5

De plus, ces mégaphones peuvent être utilisés comme des scènes pour des petits événements, à l’instar de concerts, de pièces de théâtres, etc… transformant la forêt en auditorium, diversifiant ainsi les possibilités d’utilisation. On peut alors choisir d’écouter vivre la forêt ou décider de la faire vivre à notre tour.

MEGAPHONE-3

MEGAPHONE-2

L’idée de ce projet provient d’une étudiante, Birgit Õigus, qui a développé cette création dans une dimension réelle grâce à l’aide de ses camarades de classe (Mariann Drell, Ardo Hiiuväin, Lennart Lind, Henri Kaarel Luht, Mariette Nõmm, Johanna Sepp, Kertti Soots, Sabine Suuster). Il répond à un sujet d’étude proposé aux étudiants : la bibliothèque de la forêt. Le lien peut paraître lointain mais il suffit de se rappeler à quel point une bibliothèque peut être un endroit apaisant, relaxant et silencieux… silencieux à nous faire entendre de nouveaux bruits et sons.

Les mégaphones sont un excellent moyen de vivre une expérience d’architecture contemporaine au sein d’un cadre naturel et sauvage. En témoigne le sémiologue et écrivain Valdur Mikita — connu pour ses écrits sur le lien étroit entre les forêts et la culture estonienne : « C’est un endroit pour écouter, pour parcourir le livre audible de la nature. Il n’y a jamais vraiment eu d’endroit comme celui-ci en Estonie avant ».

En Estonie, tout le monde est autorisé à camper en forêt sans débourser un euro. Quand on sait que 51% du pays en est recouvert, on imagine facilement le terrain d’expérimentation à ciel ouvert de ces futurs designers. La création est située à Võrumaa, dans le parc naturel de Pähni, près de la frontière Lettonienne.

MEGAPHONE-7

estonie forest megaphonebirgit oigus - we need cafeine-2

estonie forest megaphonebirgit oigus - we need cafeine-1

Un tel projet, plein de poésie et d’empathie, nous invite à renouer un lien introspectif avec la forêt, à prendre le temps dans ce refuge protecteur et à écouter la forêt qui pousse plutôt que l’arbre qui tombe.

Questionnaire We Need Cafeine