On ne sait pas ce qu’il se passe réellement chez les gens. « Harry, un ami qui vous veut du bien », ça vous parle ? Derrière de belles façades se cachent bien des problèmes. Les violences familiales en font partie. C’est le sujet de la dernière communication, « It’s Not Ok », du Ministère du Développement Social néo-zélandais.

Les violences familiales : un problème de pauvre ?

Cliché. Personne n’est épargné, même les familles les plus aisées. C’est d’ailleurs un mal qui touche un quart des foyers à revenus élevés. L’agence FCB Auckland s’est associée au magazine premium Home, dédié au design d’intérieur, pour mettre à mal cette idée reçue.

Vous voilà dans votre librairie préférée. Le nouveau Home entre les mains. Excitation de la première page : une magnifique demeure — on nous l’offrirait, on ne dirait pas non !

home is not ok - fcb auckland - violence home-04

Première image, le couple parfait est là. Belle vue. Sur l’image de gauche il a une trace sanglante dans le coin — le retoucheur l’a surement oublié.

home is not ok - fcb auckland - violence home-01

Une double page plus tard, les photographies deviennent dérangeantes. Un tabouret renversé côtoie un vase en miettes dans un salon digne d’un James Bond. Quelque chose cloche.

home is not ok - fcb auckland - violence home-03

C’est évident maintenant, quelqu’un s’est fait frapper dans toute la maison. Vous n’êtes que le témoin impuissant d’une scène de violence, invisible jusque là. C’est le petit texte rouge à droite qui vous le dit.

« Si vous suspectez quelqu’un de votre communauté de pratiquer des sévices, ne l’ignorez pas. Peu importe la rue où vous habitez, les violences familiales ne sont pas OK. »

home is not ok - fcb auckland - violence home-05

En utilisant ce support premium, la campagne fait preuve d’une ingéniosité remarquable pour toucher la bonne cible.

Autre point intéressant : l’utilisation du story-telling — l’art de raconter les histoires — pour impliquer au maximum le lecteur et le faire réfléchir malgré lui. Malgré lui car notre cerveau veut de lui-même compléter les histoires, c’est plus fort que lui, et imagine de nombreux scénarii. Ce qui fait toute la puissance de cet outil !

EDIT : Dommage de se faire épingler par Joe la Pompe avec une si belle réalisation… L’APAV avait déjà fait cette campagne en détournant un catalogue IKEA.