Nathan Bett : vision d’un New York hostile

1224

Pour la photo de rue, l’art complexe d’être au bon endroit au bon moment, New York est un excellent sujet. Du trader qui s’accroche à sa cigarette aux vendeurs ambulants, la Grosse Pomme n’attend que d’être saisie… Ou peut-être pas. En tout cas, c’est ce que pensait le photographe Nathan Bett en quittant Detroit pour New York.

Apprendre à disparaître

Nathan Bett s’est vite rendu compte de l’hostilité apparente des new-yorkais envers sa caméra. « J’ai réalisé que le photographe de rue est plus souvent vu comme une nuisance que comme un enregistreur romantique de la vie qu’il voit. » nous explique-t-il.

Il ne se laisse pas abattre et finit par chercher à retranscrire ce sentiment de rejet et de solitude qu’il ressent : « Learning to Disappear » démarre. Nathan réalise alors des images composites qui rassemblent tous les gens qui l’ont regardé pendant une même prise de vue immobile.

nathan bett learning to disappear new york - wnc-3

Avec « Learning to Disappear », nous sommes le photographe. L’accumulation de tous ces regards mauvais braqués sur nous, même à travers l’écran, devient déstabilisante. Nous entrons dans la relation conflictuelle entre le passant et le photographe de rue.

nathan bett learning to disappear new york - wnc-4 nathan bett learning to disappear new york - wnc-5 nathan bett learning to disappear new york - wnc-1 nathan bett learning to disappear new york - wnc-2 nathan bett learning to disappear new york - wnc-7

 

Questionnaire We Need Cafeine